Le site US Tikun Olam soutient que le Hezbollah a envoyé un drone piégé sur une base de missiles située au coeur d’Israël. Allô Dr?

Posted on 30 janvier 2012

5


eitan malat crash scene

Le site américain Tikun Olam (voir ici) affirme qu’un drone piégé a explosé dans le périmètre de l’une des bases de missiles les plus secrètes d’Israël. Le nom chargé de mystères de Sdot Micha ou Kfar Zekharia est évoqué. La base est située non loin de Beth Shemesh près de Jérusalem. Selon des rapports de Jane’s publiés depuis des années, ce site serait spécialisé dans les missiles balistiques et le stockage de têtes nucléaires (jamais confirmé par Israël). Des témoins oculaires auraient assisté au crash dans la zone militaire. Aucune victime ni dégât particulier ne serait à déplorer.

Richard Silverstein, le fondateur du site Tikun Olam,  qui dispose d’informateurs en Israël, prétend qu’une version officielle a été livrée à la presse israélienne afin d’étouffer l’affaire en créant une diversion. Le site d’information israélien Ynet parle ainsi du moshav Yesodot situé à plusieurs km de Sdot Micha.

Selon la version officielle un drone parti de la base aérienne de Tel Nof se serait écrasé accidentellement hier à 10h00 vers Yesodot au cours d’un vol d’essais. Il s’agirait d’un drone Eitan, de 5 tonnes,  14 m de long et 26 m d’envergure, soit celle d’un Boeing 737.  Silverstein laisse entendre que les témoins auxquels il se réfère disposeraient d’images du crash non pas à Yesodot mais vers Kfar Zekharia. En tout état de cause il y a peu de chance pour que ce type de documents si ils existent soient jamais mis en ligne.

Silverstein qui ne croit pas à la thèse officielle, développe la piste d’un drone du Hezbollah envoyé depuis le sud Liban sur la base ultra-sensible de Sdot Micha. Il estime que l’opération n’a pu être menée à bien qu’avec un aéronef, des technologies et des savoir-faire iraniens.

Pour Silverstein cette affaire va rapidement éclater au grand jour et renforcer la position de  Bibi, Barak et Yaalon sur la nécessité d’une opération en Iran (voir ici).  La thèse de Tikun Olam suggère également que les systèmes de détection israéliens auraient été contournés (hum, hum…) ; qu’il ne s’agirait pour cette fois que d’un drone piégé non équipé de missile ou d’ ogive.  Une simple répétition en somme avant une escalade à court terme qui s’inscrirait dans une campagne de représailles iraniennes. Toujours selon Silverstein qui voit dans cette nouvelle affaire la confirmation de ses prédictions. A supposer que les faits soient avérés. 

La version de Tikun circule déjà comme une traînée de poudre sur le net. Mais Israël maintient la version officielle d’un simple accident à Yesodot. Pour autant cet incident risque de susciter toutes sortes de débats. Off the record. Les infos de Silverstein ne sont jamais neutres.  Mais à supposer que le bidonnage de Tikun soit cette fois clairement établi dans les jours qui viennent -et c’est en bonne voie- ,  ce pourrait bien être  pour lui le scoop, ou plutôt le dérapage de trop…

Ci-contre les photos du crash, dans un verger à Yesodot, publiées sur certains sites.  Pas plus de drone iranien que de « beurre en branche ». Selon la Chaîne-10 privée de la télévision israélienne, l’accident s’est produit quand une aile du drone israélien s’est détachée, apparemment à cause d’un nouvel appareillage trop lourd qu’il transportait. Le périmètre autour de la carcasse a été déclaré zone militaire fermée et placé sous haute surveillance. 

Tikun Olam va devoir s’expliquer sur la « fiabilité » de ses sources et la « pureté » de ses intentions.

A suivre.

*

Nano & Mitz  

*

*

*

About these ads