Le tueur de Toulouse est un spree killer et non un serial killer. C’est une personne qui vit en immersion totale dans son environnement et mène une vie sociale

Posted on 21 mars 2012

3


casque integral blanc

En surfant sur le web, le tueur va apprendre un nouveau détail le concernant.  Certains  criminologues le désignent désormais non pas comme un serial killer (tueur en série) mais comme un tueur en chaîne. 

La subtilité porte sur quelques paramètres comme le temps, le serial killer exécute ses crimes sur des mois voire des années  alors que le tueur en chaîne agit sur un temps plus court :  sur des jours ou des semaines.  

Les deux se distinguent fondamentalement du tueur de masse, le mass killer qui tue un grand nombre de victimes en une fois,  en un seul lieu.

Autre différence entre le serial et le spree, le serial killer  agit souvent sous l’effet d’une frustration sexuelle quand le spree agit d’abord par vengeance, ou par altération pathologique du jugement.

Skynews a consulté le Professor David Wilson l’un des plus éminents criminologues du Royaume Uni qui a émis deux certitudes : le tueur est quelqu’un de la région, et c’est un tueur en chaîne.  

Wilson explique aussi que si le tueur se déplace toujours en scooter c’est bien sûr pour pouvoir fuir plus rapidement dans des rues étroites mais aussi pour porter en permanence un casque qui masque son visage dont les traits sont connus localement.

Le fait qu’il porte (peut-être, ce point doit être confirmé) une caméra sur lui évoque le tueur de masse  norvégien Anders Bering Breivik.

Pour Wilson si le tueur de Toulouse a vraiment filmé ses crimes c’est pour les publier et revendiquer ce qu’il fait, de la même façon que Breivik avait exposé son credo raciste sur internet et  mis en ligne des photos à sa propre gloire. 

Wilson fait aussi un parallèle avec certains serial killers qui collectionnent les photos et s’emparent d’objets appartenant à  leurs victimes dont ils font  des trophées.  

C’est ici que l’on apprend que a plupart des   tueurs en chaîne finissent par  retourner  leur arme contre eux-mêmes, et  sont par conséquent plus indifférents  aux trophées  que les serial killers.

Le criminologue britannique compare le tueur de Toulouse à Derrick Bird de Cumbria en Angleterre. En 2010 Bird a blessé 11 personnes et  en a tué 12  dont son propre frère jumeau, puis s’est suicidé.  Bird qui était chauffeur de taxi a utilisé sa très bonne connaissance des lieux pour s’échapper après avoir commis ses crimes. 

Le tueur de Toulouse évoque également le sniper de Washington en 2002. 10 personnes ont été tuées et 3 blessées au cours d’attaques aléatoires sur une période de 3 semaines. Mais dans ce cas les profilers s’étaient lourdement trompés car il n’y avait pas un tireur blanc comme on le pensait mais 2 tireurs noirs.

Contrairement à ce qui se passe à Toulouse, personne ne les a vu tirer. Ils ont utilisé un véhicule avec une meurtrière à l’arrière pour tirer sans se faire repérer et ont pu se déplacer à l’insu de la police puisque le signalement initial faisait état d’un tireur blanc.

Les tireurs s’étaient même offerts le luxe de contacter la police à plusieurs reprises certains de leur totale impunité.

Le tueur de Toulouse est pour le moment  lui aussi comme un poisson dans l’eau. Mais en bon spree, ses jours sont désormais  comptés.

*

*

*

About these ads
Posted in: Terrorisme